il en faut...
15 septembre 2014

LES CUILLÈRES

De l'air frais qui troubillonne dessous un mec rayonne Du chaud partout encore plus chaud   Il s'élève, découvre l'étendue du rêve De l'air frais qui tourbillonne   L'amour ça se mange à la grosse cuillère   Le vent transporte que du bonheur Des sourires dansent en tête à tête   L'amour ça se mange à la grosse cuillère   La liberté c'est comme la sève Faut que ça monte à la tête pour que ça fleurisse Il en faut jusqu'au bout des poils qui s'en hérissent Alors on réalise ses rêves   ... [Lire la suite]
Posté par Souing à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 juillet 2014

Volatile 2

"Bienvenue dans la déraison monseigneur... Nous feront fort de vous mener ailleurs, aux alentours de la treizième heures, là où tout est inutile, perdu d'avance, là où il n'y a rien à perdre, vous faire découvrir le bonheur d'être futile." Un peu perdu, voir carrément. en errance dans un paysage inconnu. Pour voir. Se retrouver dans un coucher de soleil. Une joyeuserie de rue. La turbulence multicolore d'une grande ville. pour voir. La joyeuse nana indisponible mais accueillante. Quitter cet accent belge qui m'écrase la... [Lire la suite]
Posté par Souing à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2014

Volatile

Une impression de déjà vue flotte comme une odeur familière C'est toi  ta poussière suspendue dans l'air comme un manteau qu'on ne porte pas l'omni-absence est une liesse, Qui nous attache par vitesse Toi plus ici ni là plus loin Tu reviens d'ailleurs tu es encore ailleurs Ca se voit Un souffle, un air, une mélodie, j'ai peur Au revoir, te revoir pour le choix d'une croix   Mon coeur palpite tu t'éparpille tu parles tu files tu ne me vois pas une ombre danse sur un matelas la brume bouge sur le parking Et le... [Lire la suite]
Posté par Souing à 20:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
06 février 2014

Orage à boire

Des airs perdus soufflent dans les voiles des mères endeuillées Une vache misérable broute sa boue autour d'un bouquet sans pétales Un cintre manchot pleure sa veste dans le placard des oubliés Des sanctuaires sans prêtre digèrent l'agonie d'une ultime vestale   Une carcasse de bateau décide de larguer ses amers  ! autant couler dans la mare que de lâcher la barre   Orage d'un soir La vie infidèle La dernière belle Et l'espoir à boire   Tout est brillant d'excellence sinistre, un oiseau d'or se... [Lire la suite]
Posté par Souing à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 août 2013

Pluie de cons

soir charbons blanc sur la terre mère piquent transparents sans avoir l'air soleil levant au goût amer tranquilles mentent grands fonctionnaires Pluie de protons  Pluie de gros cons le lait sent bon le champignon celui qui te rend moins mignon une radioactivation micro ondes neurones de moutons Pluie de protons Plus de gros cons Ne vous inquiètez pas mes frères y'a que du bio dans l'nucléaire du bio du bon bonnimenteur de l'uranium dans ton 4 heures Plus de protons Plus de gros cons a défaut d'avenir radieux ... [Lire la suite]
Posté par Souing à 20:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 avril 2013

Ma tête

Un morceau d'être en miettes de s'être tant construit, de s'être transformé. Qu'est-ce donc que ma tête, Cet épineux maquis ? Girouette, toupie, planque de contrebandier, utopie ou tant pis, île de boucaniers, Alouette et métèque, de veau à emporter. A l'ouest et matraque, tête de turc, d'oeuf mollet, Têtue tente le trac, Toutou trace la trace. Un coup-ci un coup-bas, de s'être trop formée, de s'être transporté, un petit tas de moi.  
Posté par Souing à 21:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 octobre 2011

Croiser tes rues

Quand je croise tes rues tu m'offres ta vertue,   C'est un réel heureux que de s'offrir ton cul. Toulouse.
Posté par Souing à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2011

Icares bronzez donc et laissez moi le luxe de contempler la Terre à hauteur de ma taille. À votre aise, délestez donc vos gazs des kilomètres en l'air par dessus vos céans et épargnez moi bien de vos si hautes chaires. Prétendez donc encore que de la stratosphère vos narines éventées sachent différencier l'humus et la poussière. Conférez vous donc diplômes et autres facultés comme dispenses au temps, celui des Hommes en vie, celui passé sur Terre. Transportez donc encore vos âmes pâles entre vos corps hâlés dans de sains... [Lire la suite]
Posté par Souing à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 septembre 2010

Promesse

C'était un soir d'orageQuand les bières ont des ailesLes énergies s'emmelentTout le monde a du courage La lune est vagabondeElle descend dans les cavesMeme les coeurs les plus graves Parlent de changer le monde Souvenir d'un air de lune Face à ses ames en liessesLes murs se sont ouvertsPour que circule l'airLes chants qui nous enlacent Dans cet heureux chaos D'énergies qui s'emballentElle a transfiguré nos aigreurs stomacales Fille des courants de brume Le vent ne porte pasLa vie tant que sa voixFatigue Chaleur... [Lire la suite]
Posté par Souing à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mai 2010

--

Je suis là. Je rentre.Je sors, je vois la trace d'un reflet. Mais moi ?Je rougit des cendres surle haut de mes joues, mon front.Ses tempes. Je perd le tempsJe le reprend, je l'oublie, je le cherche.Pas d'odeur, sinon trompeuses, pas d'images ce sontles rêves, pas de bruits sinon des airs, sans fin. Il n'y aQue la trop lisse paroi plate du miroir. Et moi. Maisoù ?Devant, derrière ?Dans cette peur, ce grand palais des glaces et l'angoisse de n'en sortir que pour mourir.J'ai de l'ombre dans le sangmon coeur bat du noirEt ma tête broit... [Lire la suite]
Posté par Souing à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]